Elus locaux

Rallier les élus locaux au développement des projets de territoire

Souvent silencieux sur le volet des projets de développement des territoires avant les élections municipales, les élus locaux reviennent au centre du jeu des parties prenantes. Ils peuvent être de puissants alliés, des relais auprès de la communauté locale, des services de l’État et des autres élus, mais leur défiance peut également ralentir un projet ou entacher sa réputation. Dans ce cadre, une question se pose : comment faire des élus locaux des alliés solides pour mon projet ?

Emmener les élus avec soi dans la dynamique d’un projet 

Nourrir la connaissance de l’opinion locale pour relégitimer les projets

Les porteurs de projets nous témoignent depuis quelques mois des lenteurs dans l’avancement de leurs sujets qui viennent des élus locaux. En effet, au-delà des reports de conseils et de la mobilisation des forces municipales sur la gestion de la crise sanitaire, il apparaît également que les équipes élues en 2020 peuvent se trouver en porte-à-faux sur les sujets des projets de territoires. 

Que ceux-ci aient été un sujet épineux de la campagne, ou que l’équipe nouvellement en place ait hérité d’un projet qu’elle n’a pas initié, il est parfois nécessaire de relégitimer le travail déjà entamé afin de lever les hésitations des élus qui proviennent parfois d’une méconnaissance de l’opinion publique. C’est donc au porteur de projet d’amener aux édiles les éléments pour les rassurer sur l’acceptabilité. 

Pour cela, quoi de mieux qu’une photographie de l’opinion locale pour rassurer les élus et les encourager à avancer ensemble dans le développement d’un projet ? Claudia Röhr, responsable concertation chez Naturwind en Allemagne, témoignait ici de l’utilité d’une campagne de porte-à-porte pour obtenir cette illustration fidèle de l’opinion : « La campagne menée par Explain, auprès d’un échantillon représentatif de la population locale, nous a permis de dresser une image précise et fidèle de l’opinion vis-à-vis de notre projet ».

Les édiles au cœur du jeu des parties prenantes

Avoir une vision claire et détaillée de l’opinion des riverains sur un projet permet non seulement de le relégitimer au sein d’un conseil municipal, mais également de donner les armes aux élus afin de gérer le jeu des parties prenantes au cœur de leur territoire.

Ce sont souvent les équipes municipales qui se trouvent en première ligne lorsqu’un tel projet est abordé par exemple au sein de la communauté de communes. Elles sont également régulièrement prises à partie par l’éventuelle opposition qui s’est constituée sur place. 

Les résultats d’une enquête menée en porte-à-porte, au-delà de constituer une arme pour le porteur de projet (pour s’adresser aux services de l’État par exemple), peuvent également donner aux élus locaux de quoi comprendre et expliquer aux parties prenantes qui pourraient venir leur parler du projet la réalité des opinions sur celui-ci.

Nous avons ainsi interrogé Adrien Apperé, directeur du développement chez Epuron : « Il y a eu une opposition tardive au projet et les élus ne voyaient que cette opposition. L’idée c’était de mettre un chiffre, de quantifier cette opposition et l’avis des locaux. La campagne porte à porte nous a aidé à être rassuré sur des oppositions qui ne se sont, finalement, pas révélées si fortes que cela. »

Se placer comme un acteur du dialogue social

Participer à la réactivation d’un dialogue empêché par le Covid

L’annulation de nombreux conseils municipaux, leur déroulement en huit clos, la fermeture des marchés, la drastique réduction des échanges de manière générale – en particulier informels – rendent depuis plus d’un an la concertation et la pratique de la démocratie plus difficiles. Cet état de fait touche particulièrement les élus locaux, qui voient leurs occasions d’échanger avec leurs administrés devenir beaucoup plus rares et compliquées. 

Nous observons donc aujourd’hui un manque d’information des élus quant à l’avis de leur population sur les sujets locaux qui les concernent directement. Chez explain, nous avons remarqué cette dernière année une augmentation du nombre de campagnes de porte-à-porte sollicitées directement par les élus, qui veulent agir en accord avec l’opinion locale mais manquent de données la concernant. 

Ainsi, la maire d’une petite commune de la Creuse témoignait récemment : « mon conseil municipal souhaite voter prochainement l’autorisation ou non de la poursuite d’études sur un projet, mais je ne veux pas que l’on se prononce si rapidement. On ne peut pas prendre à onze personnes une décision pour l’ensemble de la commune sans en savoir plus sur ce que pensent les habitants ! ».

Être un soutien actif à la circulation de l’information, base de la concertation 

Mais il ne suffit pas de vouloir en savoir plus sur l’avis de la population pour obtenir une information éclairée, en témoigne l’exemple de l’enquête sur l’avis de la population de Drefféac évoquée dans cet article.

D’une part, il est difficile d’obtenir des taux de réponse élevés lors de ce genre d’enquête. Ici, le taux de réponse est de 21%. D’autre part, la concertation ne peut s’effectuer sans une diffusion efficace de l’information. Philippe Jouny, le maire de Drefféac, l’exprime dans l’article : « Il apparaît nécessaire de donner plus d’informations à la population en amont de ces consultations. »

Les campagnes de porte-à-porte permettent de faciliter la récolte de l’avis de la population : chez explain, notre taux d’ouverture est en moyenne de 40%. Le contact direct permet également de s’assurer que les riverains ont les éléments nécessaires en main avant de s’exprimer. C’est pour cette raison qu’une conversation en porte-à-porte a toujours deux objectifs : informer et écouter. Elle vous permet ainsi d’être un élément moteur du dialogue social sur les territoires dans lesquels vous menez vos projets !

Ces articles peuvent vous intéresser

Faire entendre ses arguments dans un climat médiatique sous tension

À la recherche de la véritable concertation

🎙 Interview – La concertation est- elle devenue une dimension stratégique du développement de parcs éoliens ?

Rallier les élus locaux au développement des projets de territoire